Conseil oecuménique des Églises Bureau de la communication
Communiqué de presse

150, route de Ferney, B.P. 2100, 1211 Genève 2, Suisse
Courrier électronique: media



Le 19 juin 2001

Le COE invite instamment les organisations du système des Nations Unies à associer plus étroitement les Eglises et les organisations religieuses à la lutte contre le VIH/SIDA


cf. Communiqué de presse du COE, PR-01-06, du 6 mars 2001
cf. WCC Press Update, Up-01-15, du 31 mai 2001

Les organisations du système des Nations Unies, et en particulier les gouvernements des Etats membres, devraient associer plus étroitement les organisations religieuses et les Eglises à la lutte contre le VIH/SIDA à l'avenir, déclare Manoj Kurian, du Secteur Etude et action du Conseil oecuménique des Eglises (COE), alors que les préparatifs de la Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le VIH/SIDA qui doit se tenir à New York du 25 au 27 juin vont bon train.

Le médecin malaisien, chargé notamment de coordonner le programme du COE sur le VIH/SIDA, fait partie de la délégation de quatre membres qui représentera le COE à la Session extraordinaire. La pandémie du VIH/SIDA est si grave qu'elle doit nous inciter tous - institutions des Nations Unies, organisations religieuses et communautés locales - à collaborer activement. J'espère voir figurer un tel engagement dans le texte soumis à la Session extraordinaire.

Selon le docteur Kurian, les Eglises et organisations religieuses assurent entre 40 et 70 pour cent des soins de santé en Afrique subsaharienne. Il est temps que l'ONUSIDA et d'autres agences des Nations Unies reconnaissent le potentiel énorme des Eglises et des organisations religieuses et les impliquent dans la planification, la mise en oeuvre et le suivi des programmes de lutte contre le VIH/SIDA au niveau local, national et international. Au COE, nous sommes conscients que les responsables des Eglises doivent mobiliser les communautés et les préparer non seulement à prendre soin des malades et de ceux qui souffrent, mais aussi à prévenir la propagation du VIH/SIDA , affirme Manoj Kurian.

Cette vision s'exprime clairement aussi dans une déclaration des Eglises et organisations religieuses que le COE compte soumettre à la Session extraordinaire de l'Assemblée générale. Dans cette déclaration, les organisations religieuses invitent instamment les organisations du système des Nations Unies à associer les responsables religieux dans la plus large mesure possible à la lutte contre le VIH/SIDA et à faire usage de leur grande influence morale et spirituelle. La déclaration est une offre d'étroite collaboration et un appel lancé à tous les partenaires en cause à tirer le meilleur parti des capacités et des ressources disponibles , explique Manoj Kurian.

En même temps, les Eglises et organisations religieuses s'adressent aussi aux responsables religieux, en les invitant instamment, entre autres choses, à envisager de mettre en place des programmes visant à éliminer toutes les inégalités traditionnelles et culturelles qui aggravent la vulnérabilité des femmes et des enfants.

C'est dans les années 80 que le mouvement oecuménique a entrepris de faire face au défi du VIH/SIDA. Depuis lors, le COE a principalement travaillé dans les domaines de la pastorale, du ministère social et de la prévention, et établi des contacts avec des organismes nationaux et internationaux.

Il y a quelques semaines, Manoj Kurian a présenté une importante étude, couvrant dix pays d'Afrique occidentale, sur la manière dont les Eglises et organisations oecuménique de la région font face aux défis du VIH/SIDA. Des études analogues sont en cours dans d'autres régions du monde.

On trouvera de plus amples informations sur les activités du COE en rapport avec le VIH/SIDA sur le site web du COE sous
http://www.wcc-coe.org/WCC/what/mission/m-epub.html#aids
Une version résumée de l'étude sur Les Eglises face à la pandémie du SIDA : analyse de la situation dans 10 pays d'Afrique de l'Ouest figure en français sous
http://wcc-coe.org/wcc/what/mission/aids-study-f.pdf

La déclaration des organisations religieuses sera publiée sous
http://www.wcc-coe.org/wcc/what/mission/ny-statement.html après sa présentation à l'Assemblée générale des Nations Unies.

Une séance d'information publique aura lieu le mercredi 27 juin, de 13 h 30 à 15 h, à la salle de conférences B de l'ONU. Mesdames et Messieurs les représentants des médias sont cordialement invités à y assister.

Membres de la délégation oecuménique :

Dr Christoph Benn
Chef du Département de la politique et des études relatives à la santé
Institut allemand des missions médicales (DIFÄM)
Tübingen, Allemagne

Pasteur Gideon Bymugisha
Secrétaire à la Santé, diocèse de Namirembe
Directeur du Centre régional de formation et de documentation Archevêque Carey , Eglise anglicane d'Ouganda

Dr Manoj Kurian
Responsable du programme Santé et guérison
Secteur Etude et action , Conseil oecuménique des Eglises
Genève, Suisse

Soeur Patricia Walsh
Réseau chrétien international de lutte contre le SIDA
Zimbabwe

Durant la Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies, le Bureau du COE chargé des relations avec les médias organisera des interviews avec les membres de la délégation.


Pour toute information complémentaire, s'adresser au
Bureau des relations avec les médias
Tél. (professionnel): (+41 22) 791 6153;
Adresse électronique: media
Retour au début

Communiqués de presse 2001

Page d'accueil du COE


Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) est une communauté de 342 Eglises. Elles sont réparties dans plus de 100 pays sur tous les continents et représentent pratiquement toutes les traditions chrétiennes. L'Eglise catholique romaine n'est pas membre mais elle collabore activement avec le COE. La plus haute instance dirigeante du COE est l'Assemblée, qui se réunit environ tous les 7 ans. Le COE a été formé officiellement en 1948 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Le secrétaire général Konrad Raiser, de l'Eglise évangélique d'Allemagne, est à la tête du personnel de l'organisation.