Conseil oecuménique des Églises Bureau de la communication
Le point sur...

150, route de Ferney, B.P. 2100, 1211 Genève 2, Suisse
Courrier électronique: media



Le 27 mars 2001

La communauté du COE est un lieu propice pour aborder les défis du changement, déclare le secrétaire général du COE aux responsables d'Eglise du Samoa et des Samoa américaines


cf. Communiqué de presse du COE, PR-01-05, du 19 mars 2001

Les préoccupations communes à l'égard des effets du réchauffement climatique et des transports de matériels nucléaires dangereux dans la région du Pacifique ont été au centre de l'entretien que le secrétaire général du Conseil oecuménique des Eglises (COE), le pasteur Konrad Raiser, a eu avec le Premier ministre du Samoa récemment réélu, M. Tuilaepa Sailele Malielegaoi.

La discussion du 20 mars se situait dans le cadre historique de la première visite (19-23 mars) effectuée par un secrétaire général du COE au Samoa et aux Samoa américaines. A la tête d'une délégation du COE de quatre personnes, le pasteur Raiser a rencontré les responsables ecclésiastiques et les chefs de gouvernement des deux pays.

Par la suite, lors d'une réunion d'information organisée par le président de l'Eglise méthodiste du Samoa, le pasteur Faatoese Auvaa, la délégation du COE a pris note des quatre principaux problèmes des Eglises du Samoa, à savoir la corruption qui sévit jusqu'à un niveau élevé des instances politiques, les efforts des Eglises et du gouvernement pour améliorer l'éducation générale, les effets des essais nucléaires effectués dans le passé, et l'arrivée de nouveaux mouvements religieux dans la région.

Interrogé sur le principal message qu'il souhaitait adresser aux dirigeants des deux Etats insulaires, le pasteur Raiser a dit ceci : Nous ne pouvons plus ignorer les changements qui marquent la transition vers le 21e siècle. La référence à la tradition ne permet pas, à elle seule, de répondre à ces défis. La communauté du COE est le lieu où les Eglises du Samoa et des Samoa américaines peuvent s'inspirer de l'expérience d'autres Eglises confrontées à des situations semblables. Elles doivent savoir qu'elles ne sont pas seules pour affronter ces problèmes.

Lors d'autres entretiens avec les dirigeants d'Eglise des deux pays, l'attention a porté principalement sur la nécessité de former de nouveaux cadres oecuméniques. La délégation a visité les collèges de théologie de Malua et Puila au Samoa, et le séminaire de théologie de Kanana Fou aux Samoa américaines.

Le secrétaire général a appelé le COE et ses Eglises membres à faire tout ce qui est possible pour contribuer à préparer les futurs cadres dans un esprit oecuménique. La génération de ceux qui ont donné forme au mouvement oecuménique dans la région du Pacifique vieillit. Le développement de la relève apparaît comme une nécessité face à laquelle le COE doit se reconnaître une responsabilité. C'est pourquoi la coopération active devrait être complétée maintenant par une démarche éducative s'adressant tant aux étudiants en théologie qu'aux laïcs. La mise en place d'un réseau de cadres laïques dans la région du Pacifique constitue un bon début.

Interrogé par les étudiants du collège de Malua, au Samoa, sur le rôle du COE au 21e siècle, Konrad Raiser a suggéré que, face à la mondialisation, le COE pourrait être pour les Eglises un instrument de pression au niveau mondial . Evoquant les contacts qui se multiplient entre personnes de religions différentes, il a souligné que ces contacts exigent une approche fondamentalement nouvelle des activités missionnaires, qui permette aux chrétiens de prendre conscience de ce que signifie appartenir à une Eglise missionnaire tout en respectant les autres traditions religieuses.

Des femmes samoanes avaient participé à la préparation de la liturgie de la Journée mondiale de la prière célébrée le vendredi 2 mars partout dans le monde. Lors d'une rencontre avec les dirigeants de l'Eglise chrétienne congrégationaliste du Samoa, la délégation du COE a exprimé sa reconnaissance pour cette importante contribution apportée au mouvement oecuménique.

A son arrivée aux Samoa américaines le 21 mars, la délégation du COE a été accueillie à l'aéroport par le gouverneur Tauese Pita Sunia, également président du Conseil national des Eglises des Samoa américaines (NCCAS) et de l'Eglise chrétienne congrégationaliste des Samoa américaines.

Le pasteur Raiser a eu en outre, aux Samoa américaines, une entrevue informelle imprégnée de cordialité avec Mgr Witzel, évêque catholique romain.

La délégation va poursuivre son voyage de deux semaines dans la région du Pacifique par des visites aux Eglises membres du COE aux Iles Cook (24-27 mars) et à Tahiti (28-29 mars).

Les membres de la délégation sont :
Le pasteur Konrad Raiser
Mme Elisabeth Raiser
Mme Kristine Greenaway, directrice, secteur Communication du COE
M. John Taroanui Doom (Tahiti)


Pour toute information complémentaire, s'adresser au
Bureau des relations avec les médias
Tél. (professionnel): (+41 22) 791 6153;
Adresse électronique: media
Retour au début

Communiqués de presse 2000

Page d'accueil du COE


Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) est une communauté de 337 Eglises. Elles sont réparties dans plus de 100 pays sur tous les continents et représentent pratiquement toutes les traditions chrétiennes. L'Eglise catholique romaine n'est pas membre mais elle collabore activement avec le COE. La plus haute instance dirigeante du COE est l'Assemblée, qui se réunit environ tous les 7 ans. Le COE a été formé officiellement en 1948 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Le secrétaire général Konrad Raiser, de l'Eglise évangélique d'Allemagne, est à la tête du personnel de l'organisation.