Paix et action humanitaire au Congo-Brazzaville
Déclaration à la suite de la consultation organisée par le Conseil oecuménique des Eglises à Paris

Les 29 et 30 novembre 1999, le Conseil oecuménique des Eglises a réuni à Paris, en collaboration avec la Fédération protestante de France, une consultation sur la situation en République du Congo (Brazzaville). Y participaient des délégués du Conseil oecuménique des Eglises chrétiennes du Congo, de la Fédération protestante de France, des Eglises évangélique de Suède, de Norvège et de Finlande, de la Conférence des Eglises de toute l'Afrique et du Conseil oecuménique des Eglises.

La population de la République du Congo (Brazzaville) vit une véritable tragédie, conséquence de la guerre fratricide dans laquelle les pires exactions ont été commises tant par les milices que par la force publique (pillages, humiliations, viols, assassinats) ; des populations immenses se sont enfuies dans les forêts sans secours d'aucune sorte ; le peuple est dans le désarroi total, et dans la misère la plus extrême.

Des voix s'élèvent pour appeler à la paix. Nous sommes particulièrement sensibles à celles des femmes, avec les enfants, premières victimes de cette guerre. Nous voulons faire entendre à tous les cris de cette souffrance, malgré une chape de silence qui empêche l'opinion internationale d'être informée de ce drame humain. C'était là l'objet premier de notre rencontre.

Notre devoir d'Eglises de France, des pays nordiques, du Congo et de la communauté oecuménique mondiale est de relayer cet appel à la paix ; nous sommes prêts à engager nos forces pour lui donner d'être entendu. Nous saluons les initiatives de paix prises jusqu'à ce jour. Toutefois, nous appelons à nouveau et avec force les principaux antagonistes à s'asseoir sans délai autour d'une table de négociation. Nous croyons que cette table de négociation devrait être proposée par un partenaire international de confiance accepté de tous, don't l'impartialité serait assurée et qui pourrait garantir l'accompagnement des accords de paix qui découleraient de la négociation. Sous la conduite du Conseil oecuménique des Eglises, nos Eglises sont prêtes à accompagner la mise en oeuvre de ce processus jusqu'à son aboutissement.

Nous faisons le constat d'une situation d'urgence humanitaire extrême à laquelle l' aide internationale ne répond que de manière cruellement insuffisante. Nous appelons le gouvernement congolais et les agences d'aide internationale à programmer sans délai des réponses adaptées au désarroi des populations.

Nous nous adressons en premier lieu à notre propre instrument d'aide d'urgence, ACT (Action of Churches Together - Action Solidaire des Eglises), pour qu'il vienne s'adjoindre aux actions déjà entreprises, notamment par les Eglises évangeliques des pays nordiques et d'autres organismes présents au Congo.

A toutes les parties impliquées dans le conflit, nous lançons un appel à garantir la sécurité pour l'acheminement et la distribution de l'aide humanitaire.

Face à cette situation de détresse de la République du Congo, nous sommes inspirés par cette vision biblique

La miséricorde et la vérité se rencontrent
La justice et la paix s'embrassent .
(Psaume 85, verset 11).
Cependant nous admettons qu'il faut commencer par mettre fin aux souffrances, répondre aux besoins immédiats, et rétablir la confiance.
Il appartient au peuple congolais de faire oeuvre de vérité et de réconciliation.

30 novembre 1999

Mariette Grange
International Relations
World Council of Churches, Geneva
Tel: + 41 22 791 63 05
Fax: + 41 22 791 61 22br> e-mail: WCC Contact


Retour au "Briefing Note on the Republic of Congo (Brazzaville)"
Retour à la liste des Bulletins d'information