Conseil oecuménique des Églises Bureau de la communication
Document

150, route de Ferney, B.P. 2100, 1211 Genève 2, Suisse
Courrier électronique: media


COMITÉ CENTRAL 1999 No. 1


le 1er septembre 1999

SANS EUX, RIEN NE FONCTIONNE - LES STEWARDS DU COMITÉ CENTRAL DU CONSEIL OECUMÉNIQUE DES EGLISES


Ils se qualifient eux-mêmes de "famille arc-en-ciel", et c'est bien ce qu'ils sont. 39 jeunes venus de 37 pays, des Tonga, dans le Pacifique, du Zimbabwe, d'Arménie et du Cambodge, du Myanmar et de Porto Rico. Sans eux, sans elles, rien ne fonctionnerait pendant la session du Comité central du Conseil oecuménique des Eglises (COE), tenue à Genève du 26 août au 3 septembre 1999.

Ils servent le thé et le café pendant les pauses, distribuent aux délégués les récepteurs pour l'interprétation simultanée, font des photocopies, assistent les spécialistes lors des enregistrements de radio ou de télévision ou en cas de problèmes d'ordinateurs, bref accomplissent les mille et un petits travaux qui assurent le déroulement sans heurt d'une réunion de plus de 200 participantes et participants. Travaux que "chaque jeune Genevois pourrait tout aussi bien faire", déclare Shannon (24 ans), catholique du Libéria. Mais il sait bien que le recours à des stewards permet de veiller à ce que la pensée oecuménique soit transmise aux jeunes générations des Eglises du monde entier. C'est aussi un signe d'ouverture, puisque l'Eglise catholique romaine n'est pas membre du COE.

Le programme des stewards a été mis en place par le premier secrétaire général du COE, le pasteur W.A. Visser t Hooft, pour éveiller la conscience oecuménique des jeunes et susciter en eux un sentiment de solidarité. "Les candidats doivent remplir certaines conditions", explique Hilda (27 ans), méthodiste de la République dominicaine. "Il faut savoir l'anglais, être actif dans sa propre Eglise et disposé, au retour, à faire bénéficier celle-ci des expériences acquises. Comme j'ai été contente d'être choisie!" Les élues et élus doivent accomplir un programme de trois semaines, bien rempli et riche en surprises pour nombre d'entre eux, dont c'est souvent le premier séjour à l'étranger. Voici comment Shannon, qui a grandi au Libéria pendant la guerre civile, décrit ses réactions: "J'ai été carrément choqué de découvrir qu'il existe sur terre un lieu où les maisons et les rues sont intactes, où les magasins regorgent de marchandises, où les bus et tout le reste fonctionnent si bien!"

Une formation oecuménique
Agés de 20 à 30 ans, les stewards ont passé leurs trois premiers jours dans diverses villes de Suisse, répartis en petits groupes et logés dans des familles ou des maisons de paroisse. Ensuite, ils se sont rendus à Genève pour un séminaire de préparation, avec au programme une introduction au mouvement oecuménique, des discussions et des jeux de rôles. "Nous avons constaté à cette occasion qu'il est beaucoup plus facile de parler de l'oecuménisme en théorie que de le pratiquer", raconte Viola (25 ans), luthérienne de Renningen (Allemagne), à l'issue d'un jeu de rôles portant sur le mariage d'un Grec orthodoxe et d'une Indienne protestante. Ensuite, les stewards ont été mis au courant de leurs tâches, avant que ne commencent les choses sérieuses.

"C'est super de travailler dans la salle des plénières", déclare Hilda, "parce qu'il est facile d'avoir des contacts avec les délégués." Quant à Samantha (29 ans), orthodoxe des Etats-Unis, elle travaille jusque tard dans la soirée, puisqu'elle est chargée de copier et de distribuer les communiqués de presse du COE. En revanche, ses matinées sont libres.

En principe, les stewards devraient payer une partie de leurs frais de voyage; la recherche de ces fonds a pour effet positif de renforcer leurs liens avec leur Eglise. Le Slovaque Jan (21 ans), mordu d'Internet, a déjà initié tous ses collègues à l'utilisation du réseau, et tous se réjouissent de mettre en pratique leurs connaissances à leur retour chez eux, sur leur propre ordinateur ou ceux de leurs amis, de leur université ou de leur poste de travail. Tous sont fermement décidés à demeurer en contact par ce moyen lorsqu'ils se disperseront aux quatre vents, à l'issue de la session du Comité central. "Je sais que j'aurai les larmes aux yeux!", affirme Shannon, qui n'aurait jamais imaginé que des gens d'origines et de traditions si diverses puissent s'entendre aussi bien. "Je voudrais que les habitants du Libéria comprennent enfin que nous sommes tous enfants de Dieu et que nous pouvons vivre ensemble en paix, au lieu de nous torturer et de nous tuer les uns les autres!"

Les activités des stewards après leur séjour genevois sont aussi variées que le laisse supposer la diversité de leurs origines. Shannon continuera à travailler auprès d'anciens enfants soldats dans le home Don Bosco de Monrovia (Libéria). "Pour moi, le temps passé au COE est une coupure bienvenue. Chez moi, j'ai souvent de la peine à supporter les récits que font les jeunes traumatisés par la guerre."

Actuellement, Shannon rattrape sa formation scolaire et aimerait pouvoir travailler comme psychologue ou assistant social auprès de personnes traumatisées. Viola va poursuivre ses études de théologie à Rostock. "Je suis issue d'un milieu piétiste du Wurtemberg, et j'espère que le récit de mes expériences contribuera à dissiper les réticences de ma paroisse à l'égard de l'oecuménisme mondial." Hilda reprendra son travail de secrétaire de direction dans une entreprise de construction de Saint-Domingue. "Mon patron a trouvé tellement génial que j'aie la chance de venir ici qu'il m'a accordé des vacances supplémentaires, à condition que je raconte mes expériences à tous les gens de l'entreprise."

La participation à une grande réunion oecuménique a souvent marqué pour la vie de nombreux anciens stewards - avec de petits ou de grands effets. C'est ainsi que le méthodiste Philip Potter, secrétaire général du COE de 1972 à 1984, ne manque jamais de répéter que sa carrière oecuménique a débuté lorsqu'il fut engagé comme steward dans les années 40. Qui sait? D'ici quelques années, nous retrouverons peut-être l'un ou l'autre des jeunes présents à Genève au poste de président ou de secrétaire générale du COE...


Pour toute information complémentaire, s'adresser à: Karin Achtelstetter,
responsable de l'information du COE
Tél. (professionnel): (+41 22) 791 6153;
Adresse électronique: media
Retour au début

Communiqués de presse 1999

Page d'accueil du COE


Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) est une communauté de 336 Eglises. Elles sont réparties dans plus de 100 pays sur tous les continents et représentent pratiquement toutes les traditions chrétiennes. L'Eglise catholique romaine n'est pas membre mais elle collabore activement avec le COE. La plus haute instance dirigeante du COE est l'Assemblée, qui se réunit environ tous les 7 ans. Le COE a été formé officiellement en 1948 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Le secrétaire général Konrad Raiser, de l'Eglise évangélique d'Allemagne, est à la tête du personnel de l'organisation.