Conseil oecuménique des Églises Bureau de la communication
Document COE

150, route de Ferney, B.P. 2100, 1211 Genève 2, Suisse
Courrier électronique: media



Le 1er novembre 1999

LES CONSÉQUENCES DE L'OURAGAN MITCH POUR L'OECUMÉNISME ECHOS DE LA VISITE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU COE AU HONDURAS


L'ouragan Mitch, qui a ravagé l'Amérique centrale il y a une année, a peut-être stimulé le dialogue oecuménique au Honduras, comme l'a constaté le secrétaire général du Conseil oecuménique des Eglises lors d'une visite dans ce pays.

"L'ouragan a tiré le Honduras d'un quasi-oubli pour le faire entrer dans un mouvement d'interaction entre les Eglises, qu'elles fassent ou non partie du mouvement oecuménique", a déclaré le pasteur Konrad Raiser.

Au cours d'une visite de quatre jours, le pasteur Raiser a rencontré des responsables de nombreuses Eglises honduriennes. Certains représentaient des Eglises protestantes historiques luthériennes, méthodistes ou épiscopaliennes ayant une longue tradition de participation au mouvement oecuménique, tandis que d'autres venaient des nombreuses dénominations pentecôtistes qui se sont manifestées dans les milieux défavorisés urbains et les villages pauvres d'Amérique centrale.

Konrad Raiser s'est dit encouragé par l'"ouverture" des responsables d'Eglises qu'il a rencontrés. "Nombre d'entre eux viennent de communautés qui naguère se gardaient de tout contact avec le mouvement oecuménique, dont en fait elles ne connaissaient rien", a-t-il déclar é. "Maintenant, ils tiennent beaucoup à en savoir davantage au sujet des chrétiens d'autres régions du monde et à entrer en contact avec eux."

Les pasteurs pentecôtistes ont exposé à M. Raiser et aux autres membres de la délégation comment, dans plusieurs villes du pays, leurs associations s'étaient scindées "parce que certains pasteurs tenaient beaucoup à faire partie de la classe moyenne et à porter chemise et cravate, ce qui donnait aux pasteurs des communautés pentecôtistes défavorisées le sentiment d'être laissés de côté. Par réaction, ces pasteurs pauvres ont alors formé leurs propres groupes", comme l'a expliqué le secrétaire général du COE.

Un grand nombre de ces nouveaux groupes de pasteurs collaborent avec la Commission chrétienne pour le développement (CCD), partenaire du COE au Honduras depuis longtemps. Marta Palma, secrétaire exécutive du COE pour l'Amérique latine et les Caraïbes, a indiqué que le Conseil oecuménique allait examiner comment encourager cette nouvelle sensibilité pour l'oecuménisme qui, comme elle l'a affirmé, est une conséquence de l'ouragan.

"Parfois, nous compliquons inutilement la recherche de l'unité", a-t-elle déclaré lors d'une table ronde sur l'oecuménisme dans le pays. "Au niveau local et pratique, nous réussissons souvent beaucoup mieux à édifier l'unité. Dans un village, lorsque les gens travaillent ensemble à reconstruire des maisons ou des vies détruites par l'ouragan, ils partagent non seulement leur souffrance mais aussi leurs prières et leur espérance. Le travail qu'ils accomplissent ensemble est une manière de mettre en pratique l'unité et l'oecuménisme."

Mme Palma a expliqué que cette participation des pentecôtistes aux milieux oecuméniques est typique de l'évolution à laquelle on assiste dans toute l'Amérique latine. "Bien des Eglises qui auparavant se tenaient à l'écart des discussions sur la participation politique à la société sont en train de s'y engager, de reconsidérer leur vocation politique et de se lancer sur les nouveaux sentiers où Dieu les conduit."

Le pasteur Israel Batista, secrétaire général du Conseil des Eglises d'Amérique latine qui accompagnait le pasteur Raiser dans sa visite au Honduras, a reconnu que le mot d'oecuménisme "suscite encore pas mal de craintes dans la région. Lorsque quelqu'un se réclame de l'oecuménisme, certaines personnes se signent tandis que d'autres sont prêtes à exorciser les d émons. Nous devons reconnaître que le fait d'être oecuménique ne constitue pas une prise de position idéologique, mais que cela fait partie de notre vocation qui est de jeter des ponts, de favoriser la réconciliation et de faire de la maison de Dieu un endroit où tous puissent vivre."

Le pasteur Batista a rappelé que dans la région, l'oecuménisme consiste à accepter toute une gamme d'expériences religieuses. "De nos jours, en Amérique latine, on ne peut pas parler d'unité sans parler aussi de diversité."

Le Honduras était le troisième pays visité par le pasteur Raiser à l'occasion de son voyage aux Caraïbes et en Amérique centrale. Auparavant, il s'était rendu à Cuba et au Costa Rica. Il devait aller également en Haïti, mais sa visite a dû être annulée à la suite de l'ouragan Irene qui a occasionné la fermeture de tous les aéroports de la région.

Outre Mme Palma et M. Batista, le pasteur Raiser était accompagné par Huibert Van Beek, secrétaire exécutif du COE pour les relations avec les Eglises et la communauté oecuménique, ainsi que par un groupe de responsables oecuméniques du Guatemala, du Salvador, du Nicaragua et de Panama.


Pour toute information complémentaire, s'adresser à: Karin Achtelstetter,
responsable de l'information du COE
Tél. (professionnel): (+41 22) 791 6153;
Adresse électronique: media
Retour au début

Communiqués de presse et documents COE 1999

Page d'accueil du COE


Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) est une communauté de 337 Eglises. Elles sont réparties dans plus de 100 pays sur tous les continents et représentent pratiquement toutes les traditions chrétiennes. L'Eglise catholique romaine n'est pas membre mais elle collabore activement avec le COE. La plus haute instance dirigeante du COE est l'Assemblée, qui se réunit environ tous les 7 ans. Le COE a été formé officiellement en 1948 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Le secrétaire général Konrad Raiser, de l'Eglise évangélique d'Allemagne, est à la tête du personnel de l'organisation.