Conseil oecuménique des Églises Bureau de la communication
Communiqué de presse

150, route de Ferney, B.P. 2100, 1211 Genève 2, Suisse
Courrier électronique: media



Le 11 septembre 2001

Chrétiens et Eglises appelés à la réconciliation et à la guérison
La Commission de la mission et de l'évangélisation entame les préparatifs de la Conférence mondiale sur la mission de 2005


La Commission de la mission et de l'évangélisation (CME) du Conseil oecuménique des Eglises (COE) a entamé les préparatifs de la prochaine Conférence mondiale sur la mission et l'évangélisation prévue au premier semestre de 2005. Cette conférence portera sur l'Eglise, communauté de réconciliation et de guérison. En ce temps de mondialisation, de violence, de fragmentation et d'exclusion croissantes, l'Eglise a pour mission de célébrer et de proclamer la plénitude de vie qu'elle a reçue de Christ et d'oeuvrer à son accomplissement , lit-on dans le rapport final de la CME qui s'est réunie à Techny Towers, Illinois, Etats-Unis, du 29 août au 5 septembre dernier.

La conférence de 2005 coïncidera avec le milieu de la Décennie oecuménique vaincre la violence (DVV), lancée par le COE en 2001. Dans ce contexte, il nous faut explorer le concept de ministère de réconciliation afin de rénover la pratique de la mission et de l'évangélisation , explique Jacques Matthey, coordinateur de l'équipe Mission et évangélisation .

En quête d'un style nouveau
Pour la conférence, a indiqué M. Matthey, la Commission a recommandé que l'on change de formule et que l'on renonce aux longs rapports pour se concentrer sur les contributions et les expériences des Eglises locales et des groupes missionnaires à travers le monde. La conférence offrira aux participants la possibilité d'étudier des cas de communautés de guérison et de réconciliation ; elle sera également un lieu d'échanges plus personnels et plus informels et un lieu de prière. L'étude proprement dite ne sera nullement abandonnée mais elle se déroulera plutôt dans la phase de préparation.

Evangéliques, pentecôtistes et catholiques romains
Pour la première fois, la Commission compte parmi ses membres ayant le droit de vote des représentants de l'Eglise catholique romaine et des représentants d'Eglises et d'organismes évangéliques et pentecôtistes. Cette nouvelle coopération servira la phase préparatoire et la conférence elle-même. En s'engageant dans un dialogue plus délibéré et dans un témoignage commun authentique, les chrétiens pourraient contribuer de manière très significative au règlement des conflits, a déclaré la Commission.

Cinq cents participants
La Commission a proposé que la conférence compte cinq cents participants afin que ceux qui se trouvent sur les fronts nouveaux de la mission puissent également y participer. Elle a défini les besoins concernant le lieu où elle doit se tenir, et élu un comité de préparation de douze personnes qui travaillera sur les lignes directrices générales décidées à Techny et soumettra des propositions détaillées au Comité central du COE de septembre 2002.

La CME est présidée par la pasteur Ruth Bottoms de l'Union baptiste de Grande-Bretagne, et par le pasteur George Mathew de l'Eglise orthodoxe syrienne de Malankara, Inde. Elle se réunira à nouveau en session plénière au printemps 2003.


Pour toute information complémentaire, s'adresser au
Bureau des relations avec les médias
Tél. (professionnel): (+41 22) 791 6153;
Adresse électronique: media
Retour au début

Communiqués de presse 2001

Page d'accueil du COE


Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) est une communauté de 342 Eglises. Elles sont réparties dans plus de 100 pays sur tous les continents et représentent pratiquement toutes les traditions chrétiennes. L'Eglise catholique romaine n'est pas membre mais elle collabore activement avec le COE. La plus haute instance dirigeante du COE est l'Assemblée, qui se réunit environ tous les 7 ans. Le COE a été formé officiellement en 1948 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Le secrétaire général Konrad Raiser, de l'Eglise évangélique d'Allemagne, est à la tête du personnel de l'organisation.