Conseil oecuménique des Églises Bureau de la communication
Communiqué de presse

150, route de Ferney, B.P. 2100, 1211 Genève 2, Suisse
Courrier électronique: media



Le 20 juin 2000

L'équipe oecuménique préoccupée par la lenteur des progrès de Genève 2000


cf. WCC Press Update, Up-00-14, of 23 May 2000

Quand les membres de l'équipe oecuménique internationale arriveront à Genève mercredi 21 juin, ils auront derrière eux un véritable marathon de réunions préparatoires à la Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le développement social (SEAGNU) - Genève 2000 , du 26 au 30 juin. La réunion des Nations Unies à Genève passera en revue les progrès réalisés dans la concrétisation des engagements pris en 1995 par le Sommet mondial pour le développement social à Copenhague, Danemark. Le rôle de l'équipe oecuménique est de suivre dans un esprit critique la Session extraordinaire et de faire entendre les voix d'experts locaux dans la discussion de l'ONU.

L'équipe oecuménique est soutenue et coordonnée par le Conseil oecuménique des Eglises (COE), en coopération avec la Fédération luthérienne mondiale. Ses membres représentent les réseaux mondiaux du Conseil, ses Eglises membres, ainsi que les groupes religieux et organisations partenaires en rapport avec lui.

Expliquant les objectifs de l'équipe, Gail Lerner, représentante du COE auprès de l'ONU à New York, et Rogate Mshana, secrétaire exécutif du COE chargé des questions de justice économique, ont déclaré qu'ils mettaient l'accent avant tout sur le premier des dix engagements du plan d'action adopté à Copenhague, à savoir la création d'un environnement qui permette à toutes les communautés humaines de parvenir au développement social . Ils ont ajouté que les représentants des Eglises soulignaient également l'urgence du deuxième engagement, l'élimination de la pauvreté.

Sur la base de l'expérience acquise dans les réunions auxquelles ils ont assisté, les membres de l'équipe oecuménique estiment que Genève 2000 n'apportera sans doute pas de progrès majeurs en direction des objectifs qu'ils jugent essentiels pour le développement social des pays pauvres. En revanche, on peut espérer des progrès graduels dans trois domaines principaux :

  • l'annulation de la dette ;
  • la démocratisation des institutions de Bretton Woods - Banque mondiale et Fonds monétaire international ;
  • la taxe Tobin - taxe sur les transactions de change, proposée pour la première fois par l'économiste James Tobin en 1972, qui pourrait aider les économies faibles en limitant la spéculation sur les devises et en mobilisant des sommes importantes pour le développement (voir note sur la taxe Tobin à la fin de ce communiqué).

Le COE fait également partie des promoteurs d'un rassemblement public international prévu le dimanche 25 juin à Genève, et a participé à la préparation de deux événements :

Dimanche 25 juin :
10 h

Culte à la cathédrale Saint-Pierre de Genève, avec la participation de représentants des communautés religieuses ; le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan sera présent.

12 h
Réunion publique des ONG sur le thème : Pour un véritable agenda social des peuples , Université Uni-Mail, Genève ; Esther Camac Ramirez, membre autochtone de l'équipe oecuménique, originaire du Costa Rica, figurera parmi les orateurs.

Autres manifestations du COE / de l'équipe oecuménique auxquelles les représentants des médias sont invités :

Lundi 26 juin :
9 h 30 - 11 h 30

Table ronde : L'équipe oecuménique et le développement social - en quête d'un renversement d'attitude
Président : Rogate Mshana
Centre oecuménique, 150, route de Ferney, Salles de conférences

Mercredi 28 juin :
10 h - 11 h 45

Table ronde du COE sur le thème Il y a d'autres solutions que la mondialisation. Expériences et initiatives de diverses régions du monde .
UIT, salle C, 2e étage

La taxe Tobin : une idée que le moment est venu de concrétiser ?

Un système financier international ordonné, stable et juste reste à créer. La crise financière en Asie n'est qu'un des résultats de son inexistence. Le système actuel est manifestement incapable de mobiliser suffisamment de fonds pour permettre l'élimination de la pauvreté et d'autres problèmes sociaux et économiques dans le monde.

Dans les années 90, l'idée de taxer les transactions de change internationales - proposée pour la première fois en 1972 par James Tobin, lauréat du prix Nobel d'économie - a refait surface. Tobin avait demandé une taxe internationale uniforme, payable à chaque fois qu'une devise était convertie. Son idée bénéficia par la suite de plusieurs perfectionnements ; la version actuelle se fonde sur les travaux du professeur Paul-Bernd Spahn, de l'Université de Francfort-sur-le-Main. Considérée comme une solution praticable, la proposition pourrait mobiliser suffisamment les volontés politiques pour qu'on puisse la mettre en oeuvre concrètement.

La taxe Tobin ainsi conçue, ou taxe sur les transactions de change, serait payable à chaque fois qu'une devise est convertie en une autre, proportionnellement au volume de la transaction. On découragerait ainsi la spéculation en rendant les transactions plus côuteuses, ce qui aurait pour effet de stabiliser les taux de change. En même temps, grâce à des recettes fiscales annuelles de l'ordre de dizaines, voire de centaines de milliards de dollars EU (selon les bases fiscales choisies, les taux appliqués et les types d'instruments financiers taxés), ce montant prélevé dans le monde entier, échappant largement au contrôle des Etats souverains, alimenterait un fonds mondial qui servirait à répondre au défi mondial de la pauvreté.

Les membres de l'équipe oecuménique dont les noms suivent seront présents :

Dr. Agnes Abuom, WCC President
Taabco Research & Development Consultants
Kenya

Ms. Mia Adjali
General Board of Global Ministries, United Methodist Church
USA

Mr. Liberato Bautista (Philippines)
General Board of Church and Society, United Methodist Church
USA

Ms. Esther Camac Ramirez
Associación Ixä Ca Vaá de Desarrollo e Información Indigena
Enlace Continental de Mujeres Indigenas
Costa Rica

Ms. Nicoleta Druta
Partnership for Change
Romania

Ms. Wendy Flannery (Australia)
Mercy Global Concern
USA

Mr. Dennis Frado
Lutheran World Federation
USA

Mr. Albert Gyan (Ghana)
Kairos Europa
Belgium

Ms. Joy Kennedy
Anglican Church of Canada
Canada

Ms. Beauty Maenzanise (Zimbabwe)
General Board of Global Ministries, United Methodist Church
USA

The Rt. Rev. Bernardino Mandlate
Methodist Church of Southern Africa
Mozambique

Ms. Cynthia Moe-Lobeda
USA

Mr. David Pfrimmer
Lutheran Office for Public Policy, Canadian Council of Churches
Canada

Mr. Jürgen Reichel
Protestant Association for Cooperation in Development
Germany

Dr. Molefe Tsele
Ecumenical Service for Socio-Economic Transformation (ESSET)
South Africa

Ms. Hellen Wangusa
African Women's Economic Policy Network
Uganda

Ms. Judy Williams
Grenada Community Development Agency
Grenada, WI


Pour toute information complémentaire, s'adresser au
Bureau des relations avec les médias
Tél. (professionnel): (+41 22) 791 6153;
Adresse électronique: media
Retour au début

Communiqués de presse 2000

Page d'accueil du COE


Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) est une communauté de 337 Eglises. Elles sont réparties dans plus de 100 pays sur tous les continents et représentent pratiquement toutes les traditions chrétiennes. L'Eglise catholique romaine n'est pas membre mais elle collabore activement avec le COE. La plus haute instance dirigeante du COE est l'Assemblée, qui se réunit environ tous les 7 ans. Le COE a été formé officiellement en 1948 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Le secrétaire général Konrad Raiser, de l'Eglise évangélique d'Allemagne, est à la tête du personnel de l'organisation.